N.O. / Lens : Interdiction de déplacement

RCL

Un arrêté préfectoral porte restriction de la liberté d’aller et venir des supporters du Racing Club de Lens pour la rencontre Nîmes / Lens.

Le préfet du Gard, au vu des antécédents entre les supporters des deux clubs, des incidents lors du match Havre AC – RC Lens du 30 janvier 2016 et de l’état d’urgence, a décidé de porter restriction de liberté d’aller et venir des supporters du Racing Club de Lens pour le match de vendredi.

Arrêté.

Article 1er : Le vendredi 22 avril 2016 de 8h à minuit, est interdit aux personnes se prévalant de la qualité de supporters du Racing Club de Lens, ou se comportant comme tels, d’accéder au Stade des Costières de Nîmes et de circuler ou de stationner sur la voie publique dans les périmètres suivants :

Aux abords du Stade des Costières de Nîmes :

  • Avenue de la Bouvine
  • Allée Georges Louis Borges
  • Chemin du Mas de Vignolles
  • Rue Yves Sigal
  • Avenue François Mitterrand
  • Avenue Saint André de Codols
  • Rue Antoine Blondin
  • Chemin du Capouchiné
  • Rue JB Chiarini
  • Rue Aimé Grumbach
  • Rue Martinez

En centre-ville de Nîmes, à l’intérieur de l’Écusson :

  • Boulevard Amiral Courbert
  • Boulevard Gambetta
  • Boulevard Victor Hugo
  • Boulevard des Arènes

Article 2 : Dans l’enceinte et aux abords du stade, dont le périmètre est décrit à l’article 1er, sont interdits la possession, le transport et l’utilisation de tous pétards ou fumigènes et tout objet pouvant être utilisé comme projectile ainsi que la possession et le transport de toutes boissons alcoolisés.

Article 3 : Le présent arrêté est publié au recueil des actes administratifs et de la préfecture du Gard et consultable sur le site Internet de la préfecture du Gard www.gard.gouv.fr. Il est également notifié à la Procureure de la République, aux deux présidents de club, affiché dans la mairie de Nîmes et aux abords immédiats du périmètre défini à l’article 1er.

Article 4 : Sur le fondement de l’article L 332-16-2 du code du sport, le non-respect du présent arrêt est punissable de six mois d’emprisonnement et d’une amende de 30 000€. En cas de condamnation, la peine complémentaire d’interdiction judiciaire de stade d’un an, prévue à l’article L 332-11 dudit code, est obligatoire, sauf décision contraire spécialement motivée.

Article 5 : Le directeur de cabinet du préfet du Gard, le directeur départemental de la sécurité publique du Gard, et les maires de Nîmes et de Lens sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’application du présent arrêté.

L’arrêté complet : Arrêté n°30-2016-04-13-003

Nos partenaires Premium